Nounours dans les gorges du Mondony
Dimanche 12 mai 2013

Depuis trois jours, mon pilote est complètement HS. Ses dèmes aux jambes le font atrocement souffrir, il ne peut quasiment pas marcher, il étouffe (dème pulmonaire) et sa pompe fichue des deux côtés est à l'agonie. Mais pas question pour lui de s'allonger. «Où aller ?» me demanda-t-il. «Pas trop loin,...» lui répondis-je, «le principal, c'est de visiter quelque chose de beau...» Donc, ce dimanche 12 mai 2013, nous avons décidé d'aller à Montalba avec la Kawa sur une petite route de montagne au-dessus d'Amélie-les-Bains. Nous longeons les fabuleuses gorges du Mondony. Avec son vertige qui s'est empiré avec ses pépins de santé, il faut oser rouler sur cette minuscule route longeant le canyon. Les gorges du Mondony sont sur le massif en face du massif du Canigou et des gorges de la Fou (passant pour être les plus étroites du monde) au-dessus d'Arles-sur-Tech. Arrivés à la très belle cascade d'Hannibal, appelée cascade du Salt de l'Aïgua, qui, selon la légende, aurait fait partie des lieux empruntés par Hannibal lors de son entrée en Roussillon, nous faisons une pause. Nous cassons la croûte, j'ai tout prévu, dans les sacoches, il y a de quoi faire un pique-nique. Puis, on repart. Au croisement, je dis à mon pilote: «J'aimerais encore longer le canyon, nous pourrions aller à Montalba après, en redescendant...» - «OK Nounours, c'est toi le chef...» me répondit-t-il... - «Mais fais gaffe, t'as le vertige !»... Nous prenons l'autre route, celle qui monte dans le massif et qui devient vite encore plus étroite et plus sinueuse. Nous longeons des précipices vertigineux et mon pilote est pris d'une panique épouvantable. «Nounours, nous n'aurions jamais dû aller là ! Je descends de la moto et je longe la route en rampant !» Je songe déjà à la descente, ça va être pire. Car en plus, quand on croise une voiture, il est à l'arrêt, essayant de ne pas regarder le vide. Les gorges du Mondony sont tout simplement impressionnantes, la petite route, très étroite, toute en lacets très serrés, suit le canyon. Il s'arrête pourtant pour prendre des photos mais il est tétanisé.


Pour descendre de la moto, c'est effroyable, mon pilote est pris de panique. Lorsqu'il réussit à l'enfourcher et qu'il faut redémarrer, il a une tremblote indescriptible. Mais le spectacle en vaut la peine. Le temps a passé bien vite, la nuit ne tardera pas à tomber, il faut redescendre vers Amélie-les-Bains. Nous avons vu le village de Montalba après la cascade du Salt de l'Aïgua, sur l'autre massif (en face). Les mas que nous verrons dans les gorges du Mondony n'ont rien à voir. Nous décidons de ne plus aller à Montalba, il est trop tard, nous irons un autre jour et nous ne ferons que ça. En fait, nous sommes allés très loin et très haut dans les gorges du Mondony. Même moi, Nounours, j'ai eu le vertige, c'est dire si la route est impressionnante ! Durant la descente, nous avons doublé pas mal de marcheurs. Mon pilote s'est arrêté pour prendre encore quelques photos, le temps qu'il descende de la moto, qu'il trouve une place pas trop au-dessus du vide pour prendre les photos et qu'il enfourche la bécane, les marcheurs étaient déjà là. Ils m'ont salué, ça ne doit pas être fréquent de renconter un Nounours à moto sur ces routes. Au retour, nous ne nous sommes pas arrêtés à une terrasse à Arles-sur-Tech, mon pilote était -un peu- éprouvé par cette épopée. Moi, Nounours le motard, je savourai mon triomphe habituel la prochaine fois, si je veux encore vous conter mes aventures en Catalogne, je dois ménager mon pilote.

Nounours à Montalba
Lundi 13 mai 2013

Ce lundi 13 mai 2013, nous sommes repartis au-dessus d'Amélie-les-Bains sur la petite route des gorges du Mondony terminer notre reportage photo. Arrivés à la cascade du Salt de l'Aïgua, nous prenons la petite route à gauche. Mon pilote me l'avait promis: «Nounours, nous irons visiter le hameau de Montalba où nous avions prévu d'aller le dimanche 12 mai. Un peu esquintés par notre balade d'hier, nous ne voulions pas rester enfermés par un si beau temps. Je croyais que la balade serait de tout repos... Pour aller jusqu'à la cascade du Salt de l'Aïgua, nous longeons le canyon des gorges du Mondony. Aïe ! Comme mon pilote ne déjeune jamais, il a le ventre vide et son vertige est dix fois pire qu'hier, et les précipices sont plus effrayants ! Nous passons ce tronçon sans sous arrêter, mon pilote est littéralement tétanisé en pilotant la Titine. Il cramponne la bécane, j'ai peur qu'on fonce dans le vide à chaque épingle. Ce n'est plus une escapade, c'est une mission suicide. Sur la toute petite route de Montalba, nous ne nous arrêtons pas aux passages les plus vertigineux (il n'y a presque que ça et les épingles contournant les parois rocheuses sont effroyables !) pour prendre des photos, nous n'arriverions plus à repartir. Je lui demande de s'arrêter là où je pense qu'il tiendra debout, quelques photos du diaporama donnent une idée de la route. Pour redémarrer, mon pilote est paralysé, sa fringale augmente son vertige et fausse son sens de l'équilibre. Les démarrages lui demandent énormément de concentration et d'efforts.

Lorsqu'on croise une voiture, on s'arrête sur le bas-côté à quelques centimètres du vide, le pauvre cur de mon pilote, déjà out, va le lâcher. Heureusement, en altitude, il ressent moins son dème aux poumons et la sensation d'étouffer. En revanche, ses guiboles le font énormément souffrir. Il m'a dit: «Nounours, nous aurions dû prendre des casse-croûtes et à boire, nous ne rentrerons jamais...» - «Il va falloir pourtant rentrer, Noutnoute et Canard m'attendent pour que je leur raconte notre "mission suicide"...» lui répondis-je... «Débrouille-toi pour avoir moins le vertige...» Nous arrivons enfin au hameau de Montalba. On se demande comment et pourquoi ils ont construit des villages sur de tels pitons au Moyen-Âge sans compter les ponts (nous en emprunterons plusieurs et nous "survolerons" un pont en ruine). Le château a été bâti sur un piton encore plus haut... Mon pilote a trop de mal à marcher, il voulait tenter d'y aller à pied mais ce fut impossible. Dans les "Aventures de Nounours Super Biker", je demande à mon pilote de se faufiler avec mon Eliminator le plus près possible des sites à voir afin qu'il n'ait jamais loin à marcher (100 mètres tout au plus).

Le village de Montalba n'a rien à voir Montalba-le-Château en Fenouillèdes (dans les Pyrénées-Orientales, vers l'Aude). Le premier nom du village semble avoir été "Montalba dels Banys" (en référence aux bains d'Arles). Puis, puis lorsque Els Banys d'Arles est devenu Amélie-les-Bains en 1840, le village a été nommé "Montalba-d'Amélie". Montalba-d'Amélie est un hameau d'Amélie-les-Bains dans le Vallespir. C'est un lieu isolé dans la montagne au-dessus de la ville. Charlemagne gagna la Catalogne Nord sur les Sarrasins en 811. Le système féodal qu'il instaura va se répandre sur toute l'Europe. Des châteaux furent construits dans les montagnes sur les frontières de l'Empire. Ces châteaux furent donnés à des personnes proches du comte local ou à des abbés des monastères construits pour attirer les premiers Francs. Le "Château du Mont Dony" est l'un de ces châteaux, en référence au possesseur de la montagne "Roca de Sant Salvador" sur laquelle il a été bâti. En 1020, le château est mentionné sous le vocable "Castello Monte Donno". À cette époque, l'érection d'un château donnait lieu à la construction un village, des maisons souvent adossées aux fortifications. Une chapelle, dédiée à Sainte-Engrace de Montdony, fut construite, elle est mentionnée en 1235 sous le nom de "Ecclesia Sanctae Engraciae de parrochia de Montdony" (église Sainte Engracia de la paroisse de Montdony). Au XVe siècle, son nom fut changé en "Priorat de Santa Engratia", la chapelle reçut le statut de prieuré, ce qui fut mentionné dès 1369. Durant le XIIIe siècle, une tour de communication fut bâtie entre Montdony et Montalba. Le hameau de Montalba fut construit au XIIe siècle pour remplacer le Mont Dony. Deux actes de 1241 et de 1313 mentionnent le hameau de Montalba et le château de Montdony. Montalba s'est rapidement développé, un château y fut construit (à ne pas confondre avec le fort d'Amélie). Au XIVe siècle, Montdony disparut, comme le château de Cabrenç à Serralongue ou le village de Crozes en Conflent. La chapelle du château continua toutefois d'exister à Montdony, un ermitage subsiste toujours: "Santa Engràcia de Montdony". Montalba est perché dans la montagne au-dessus d'Amélie-les-Bains. L'église Notre Dame de Montalba, construite au XVIIe siècle, est l'église actuelle du hameau. On peut y voir une statue en marbre du XIVe siècle, un retable de 1718, un retable consacré à Saint Isidore et Saint Gaudérique de 1715 et une roue à clochettes.

La descente vers Amélie-les-Bains est inracontable. Sa fringale a encore accentué son vertige, mon pilote est au bord de la paralysie totale. Arrivés en bas, nous ne prenons pas immédiatement la route d'Arles-sur-Tech, nous allons à Amélie-les-Bains à une terrasse -en face du casino-, il faut qu'il mange quelque chose d'urgence. Ouf, il a pris ses médicaments avant de partir. Moi, Nounours le motard, j'ai eu mon triomphe habituel, il y a beaucoup de touristes et de curistes qui me filment ou me prennent en photo. On regarde de près ma guitare, ma médaille (une vraie !) et ma carte de visite. Pour ma prochaine escapade à moto, je vais tronquer mon chapeau contre une belle casquette que mon pilote m'a offerte. Je ne quitte quasiment plus ma Kawasaki Eliminator, Noutnoute et Canard viennent me voir au hangar où je leur fais le compte-rendu de ma balade. Moi, Nounours le motard, je suis assez fier de mes audaces et du courage de mon pilote. Ce que nous visitions est tout simplement féerique. Le hameau de Montalba est habité (on voit la tête d'un cheval sur une photo du diaporama), ce ne doit pas être de la dentelle de faire cette route tous les jours. Comment faisaient-ils au Moyen-Âge ? Pourquoi et comment construisaient-ils des châteaux et des villages sur des pitons à une telle altitude ?

Les deux anciens diaporamas ont été regroupés en un seul "livre à pages tournantes". Ces reportages photo avaient été faits en deux jours mais c'est en fait le même secteur jusqu'au croisement de la cascade du Salt de l'Aïgua, la route à gauche allant au hameau de Montalba, celle à droite continuant à longer les gorges du Mondony. Nous voulions visiter le Fort d'Amélie mais ce site est fermé au public en raison semble-t-il de saccages occasionnés par ce qu'il convient d'appeler des imbéciles ne respectant rien, pas même ces lieux historiques.


© 2013 by Michel Mahler - Le Réveil des Marmottes

Catalogne