Nounours à l'ermitage de Saint-Ferréol - Oms

Dimanche 21 juillet 2013 - Mise à jour: Jeudi 15 août 2013

Ce dimanche 21 juillet, c'était presque la canicule. Moi, Nounours, qui ne quitte plus mon Eliminator dont je fais partie des pièces, j'ai décidé de ne pas emmener mon pilote trop loin. Mon brave et fidèle pilote était complètement KO. Avec cette chaleur, je n'allais pas le laisser enfermé, il faut que je le sorte de temps en temps. En principe, nous devions aller visiter le dolmen le Llupia. Nous sommes donc partis à Céret et après le Pont du Diable, nous bifurquons à gauche (en venant d'Arles-sur-Tech) vers le Col de Llauro. En gravissant le col, j'ai soudain modifié notre plan de vol: «Prends la petite route à droite et allons à l'ermitage de Saint-Ferréol...» - «On ne va plus au dolmen Nounours ?» - «Il nous faudra des cartes plus précises pour faire les chemins des dolmens...» - «Alors que faisons-nous Nounours ?» - «On va visiter les églises...» Notre première étape fut donc l'ermitage de Saint-Ferréol et sa chapelle du XIIIe siècle. Moi, Nounours, je n'avais encore jamais vu d'ermitage. Mon pilote oui mais pas moi. Nous montons jusqu'à la chapelle avec ma Kawasaki Eliminator. Les vues sur le Vallespir et la vallée du Tech sont splendides.

L'ermitage de Saint-Ferréol dans les Pyrénées-Orientales est constitué d'une chapelle du XIIIe siècle, d'un bâtiment attenant à la chapelle servant d'habitation pour l'ermite et de vastes bâtiments construits autour de la chapelle sont destinés à accueillir les pèlerins. La première trace écrite de la chapelle date de 1370.


Les cloches, nommées Maria, Margarita et Salvaterra, datent de 1608. Le lieu est appelé pour la première fois "Ermitage" en 1688. Une phrase est gravée sur le bénitier intérieur de la chapelle: «Llaurens Cros, fill d'Illa ermita de Sant Ferriol, estat 44 anys esclau a Constantinople» (Laurent Cros, natif d'Ille, ermite de Saint Ferréol, a été 44 ans esclave à Constantinople)... Après la visite de l'ermitge, nous revenons sur la route du col. Puis, au Col de Llauro, nous bifurquons à gauche vers Oms. Oms est situé dans les Pyrénées-Orientales dans le massif des Aspres, l'autre versant du Canigou, à 40 km de l'Espagne. Les villes voisines sont Calmeilles, Taillet, Caixas, Montauriol et Llauro. Oms est un ancien village fortifié dominé par son église et son clocher-tour du Xe siècle en face du Pic du Canigou. Le cur du vieux village est la place de l'église dominée par le clocher auquel est accolée la porte fortifiée, vestige des remparts et du château seigneurial... L'église Saint-Jean date du XIIe siècle, des chapelles ont été adjointes à la nef romane. L'édifice est intégré aux fortifications du village (dont il reste la porte accolée au clocher). L'église a été inscrite aux Monuments Historiques en 1964. Nous faisons notre pause pique-nique à Oms à l'ombre d'arbres majestueux à l'abri de ce soleil cuisant puis nous retournons au Col de Llauro, nous prenons à droite en direction de Taillet, de la route des vins du Roussillon et des plantations de cerisiers. Nous ne prenons pas de photos, c'est comme l'Alsace mais avec en toile de fond les Pyrénées et non les Vosges, avec les cerises en plus (en Alsace, c'est les quetsches).

Nous continuons vers Llupia. Llupia est citée pour la première fois en 1019 durant l'ère carolingienne, d'après son église (comme c'était le cas à cette époque): l'église romane Saint-Thomas. Autour de l'église s'est formé un hameau où les habitants recherchaient la protection d'un bâtiment suffisamment solide. L'église fut remplacée par un château dans son rôle de protection. Le château (1195) dépendait comme la plupart des châteaux des Aspres et du Vallespir au vicomté de Castelnou. Il reste des vestiges du château au village... Llupia est une très belle ville mais comme toutes les villes en plaine, à part l'église romane, il n'y a pas grand-chose à visiter... Nous décidons de rentrer à Arles-sur-Tech par la voie rapide en direction de Le Boulou. Il y a certes les massifs des Pyrénées au loin mais ces routes sont ennuyeuses. Nous évitions Le Boulou et prenons la direction de Céret où il y avait des sauts à l'élastique du pont de chemin de fer. «Tu ne veux pas essayer ?» - «Mais t'es fou Nounours ? Je meurs de peur rien qu'en regardant les autres sauter...» Nous sommes rentrés à Arles-sur-Tech où quelques gouttes ont commencé à tomber.

Le jeudi 15 août 2013, nous sommes retournés à Oms par le Col de Llauro lors de notre escapade à Riunoguès dans le massif des Albères en face du massif des Aspres et du Canigou. Quatre photos de Oms ont été ajoutées à ce diaporama sur la centaines prises dans le massif des Albères à Riunoguès et à Taillet dans le massif des Aspres par une autre petite route des crêtes rejoignant Reynès à 6,5 km de Céret...



© 2013 by Michel Mahler - Le Réveil des Marmottes


Catalogne