Rechercher sur le Web

Traduire le site - Translation

Le site en musique

Radio Noutnoute

François Hollande: «On ne peut pas laisser en place Djotodia»

Dimanche 8 décembre 2013

François Hollande admet donc que le but de l'opération "Sangaris" (un petit papillon rouge) est de destituer le président Michel Djotodia. François Hollande a en effet déclaré: «On ne peut pas laisser en place un président qui a laissé faire en Centrafrique...» Transposons la situation, les USA feraient cette déclaration: «On ne peut pas laisser en place un président avec seulement 15% en France...» Les USA déclencheraient une opération militaire pour écraser la révolte bretonne et exigeraient des élections anticipées... Revenons à François Hollande. «On ne peut pas laisser en place un président qui a laissé faire en Centrafrique...» Le message est clair: la France mettra le président qu'elle veut au pouvoir en Centrafrique, le temps des barbouzes de l'époque post-coloniale est toujours d'actualité. François Hollande exige des élections anticipées et il sera ferme en Centrafrique, il l'a démontré lors du sommet sur la paix et la sécurité en Afrique à Paris le samedi 7 décembre (le jour de mon anniversaire). François Hollande a annoncé que le contingent français atteindrait 1 600 hommes soit 400 de plus que prévu. «Il n'y en aura pas davantage, ça suffira, ce sera l'effectif qui demeurera autant que nécessaire pour cette mission...» La force africaine, actuellement composée de 2 500 soldats, va être portée à 6 000 hommes. Traduction: cela va coûter bien plus que les 1,3 million d' prévus. Or, l'argent que l'on dépense ici ne peut par être utilisé là. Les Français n'auront qu'à attendre le Père Noël (1). D'ailleurs, François Hollande n'a jamais été élu président des Français -ça se saurait- mais de l'Afrique. Après le Mali, la Centrafrique...

«Les effectifs français demeureront en Centrafrique autant que nécessaire pour cette mission» a promis François Hollande qui n'évoquait jusqu'à présent qu'une intervention limitée dans le temps (autour de six mois). Et notre chef de guerre de préciser: «Je ne veux pas individualiser la responsabilité. Mais on ne peut pas laisser en place un président qui na rien pu faire, a laissé faire...» La présence de l'armée française au Mali a coûté 2,7 millions d par jour. En Afghanistan, c'est "seulement" 1,4 million d par jour. Essayez de compter ce que coûtent les équipements militaires (avions, porte-avions, sous-marins nucléaires, chars, radars, satellites, missiles, etc...) et les interventions dans une quinzaine de pays. Il y aurait de quoi multiplier par mille le budget du Social... En Centrafrique, il faudra compter autour de 2 millions d... par jour !

Le président Michel Djotodia (ex-Seleka) est censé quitter le pouvoir fin 2014 avant l'organisation d'élections en 2015. Pour François Hollande, ça ne va pas assez vite, il faut organiser des élections avant 2015... «Pour quil y ait des élections, il faut quil y ait un état civil et une organisation... mais j'ai confiance...» a martelé François Hollande. Notre chef de guerre a vanté l'opération militaire française au Mali et la tenue d'une élection présidentielle anticipée... Au Mali comme en Centrafrique, c'est la France qui décide des élections et qui choisit qui doit être élu. Ne serait-ce pas de l'ingérence en pays étranger ? Cela dure depuis l'époque post-coloniale (la Ve République), de VGE à François Hollande, rien n'a changé.

(1) Joyeux Noël au RdM !

Partagez cette page - Sélectionnez le bouton de votre choix


© 2013 by Michel Mahler - Le Réveil des Marmottes
Reproduction autorisée en citant la source: http://michel.mahler.free.fr/Menu.htm

http://michel.mahler.free.fr


Menu