Rechercher sur le Web

Traduire le site - Translation

Le site en musique

Radio Noutnoute

Un sacré couac dans l'opération de l'armée en Centrafrique

Vendredi 20 décembre 2013

Un sacré couac dans l'opération de l'armée française, "Sangaris" (petit papillon rouge), en Centrafrique. Une photo d'un soldat français en Centrafrique avec un insigne nazi sur le bras a été publiée de la page Facebook des services de communication de l’armée. Après le scandale provoqué par le foulard tête-de-mort porté au Mali par un soldat, l’armée française doit faire face à un autre scandale, la photo a été retirée. Le soldat en opération de l’armée française porte, accroché sur son uniforme, un signe faisant explicitement référence aux nazis. Neuf photos, prises pendant les actions de patrouille durant l’opération Sangaris en Centrafrique, ont été publiées sur la page Facebook. Parmi ces clichés, postés par l’État-major des armées, on voit en gros plan un soldat, l’arme à la main, un écusson accroché sur la manche faisant allusion aux nazis. Cette photo a été retirée mais certains visiteurs de la page Facebook ont pu la conserver. L’armée parle d’une "initiative personnelle" (sic). On voit nettement un soldat arborant la devise SS: « Meine Ehre heißt Treue » (Mon honneur s’appelle fidélité). Sur l'écusson, la devise et la mention RCA (Centrafrique) 2013 sont bien visibles. Au milieu, un drapeau français frappé d’un énigmatique nombre "32". Plusieurs interprétations sont possibles. Il pourrait s’agir de la 32e division des SS, mais celle-ci, fondée à la fin de la guerre en 1945, n’a vécu que quelques semaines avant d’être anéantie.

Gilles Jaron, le porte-parole de l’État-major des armées, a confirmé l’existence de cette photo: «Nous l’avons retirée de la page Facebook, non pas pour cacher une situation mais pour prendre à bras-le corps une affaire...» (Sic, sic et sic)... Il s’agirait, selon l’État-major, d’un acte isolé. Une instruction est en cours, aucune mesure de sanction n’a encore été prise. Actes isolés ou étranges habitudes de nos militaires ? Bien avant la Centrafrique et avant Facebook, en 2004, j'ai vu des militaires français en uniforme, à une terrasse d'un restaurant en Moselle, sortir la médaille SS de leurs poches de chemises et déclarer, en faisant le salut nazi: «Il faut qu'on continue le travail de Hitler...» En 2006, en pleine euphorie de la Coupe du monde de foot, j'ai vu, dans un bar de Colmar en Alsace, des légionnaires français en uniforme, chanter «Heili, heilo», le tristement célèbre chant nazi. J'ai quitté dare-dare le bar car des supporters des équipes de France et d'Italie, brandissant les drapeaux des deux pays en finale de la Coupe du monde de foot, s'apprêtaient à en découdre. Bien entendu, sur Facebook, on préfère partager ce genre de choses.

Le Réveil des Marmottes a mis en ligne la suite des bandes dessinées (de 1994 - 1998) restaurées
(1)... En fait, j'ai fabriqué une version Internet des BD du RdM (version imprimée), un album spécial pour Internet pour l'instant de 23 pages, regroupant différents sujets. Un album original des petites histoires, où si on analyse le contexte, il suffit de changer les noms. En 2013, c'est le même film qui continuera en 2014 et en 2017.
 

(1) Les bandes dessinées du RdM (23 pages)

Partagez cette page - Sélectionnez le bouton de votre choix


© 2013 by Michel Mahler - Le Réveil des Marmottes
Reproduction autorisée en citant la source: http://michel.mahler.free.fr/Menu.htm

http://michel.mahler.free.fr


Menu