Nounours au Pont du Diable de Céret

Samedi 30 mars 2013 - Mise à jour: Mercredi 24 juillet 2013

Le samedi 30 mars 2013, j'ai demandé à mon pilote d'aller faire un petit reportage photo aux 3 trois ponts de Céret: Le pont de la départementale de Perpignan, le pont du chemin de fer et bien sûr, le légendaire Pont du Diable du XIVe siècle. Nous commençons par une halte au Lidl de Reynès histoire d'acheter deux bouteilles de jus de fruit, pas pour moi, Nounours n'a jamais soif, mais pour mon fragile pilote. Moi, Nounours, j'ai eu la cote au Lidl. Ce n'est pas fréquent qu'un nounours vient faire ses courses à moto. Des gens à pied me photographient ainsi que les passagers de l'intérieur des voitures en roulant ! Près du Pont du Diable à Céret, des voitures se sont arrêtées et les enfants posaient près de Nounours le motard ! Les enfants étaient heureux de poser près de moi sur ma Kawasaki Eliminator. En revanche, mon pilote a assez souffert car il a fallu qu'il marche pour faire les photos en-dessous des ponts. Et il a le vertige à 50 cm ! Descendre les petits escaliers des ponts (et les remonter) a été limite. Mais ce fut une belle journée, il faisait très doux, chaud même, malgré un vent assez fort à Céret... Parlons de ce fameux Pont du Diable, le premier des 3 ponts de Céret. Le Pont du Diable (ou Vieux Pont de Céret) est un pont de pierre à arche unique datant du XIVe siècle. Il se trouve dans la ville de Céret dans le département des Pyrénées-Orientales. Il franchit le Tech. Le pont a une portée de 45,45 m, une des plus grandes portées d'une arche de pierre au Moyen-Âge. La hauteur au sommet de l'arche est de 22,30 m. Le pont a été construit de 1321 à 1341 sous le règne des rois de Majorque et fut en partie reconstruit au XVIIIe siècle. Selon la légende, le pont serait l’œuvre inachevée du Diable: La dernière pierre serait manquante.


Le Pont du diable de Céret est daté du début du XIVe siècle. Sa construction, sur les fonds de la ville de Céret aidée des villages aux alentours, durera de 1321 à 1341. Le pont a subi des réparations entre 1718 et 1762. En 1718 la culée sud est réparée, de 1735 à 1741 le pavage est refait, les fissures sont scellées, les murs de tête sont relevés. De nouveaux contreforts sont construits. En 1750, les murs de soutènements de l'avenue du pont sont refaits du côté de Perpignan. En 1762, c'est le tour de ceux du côté de Céret. Le Pont du Diable est classé monument historique depuis 1840. Georges Sorel, qui était ingénieur des Ponts et Chaussées à Perpignan, lui a dédié une longue étude historique -et esthétique-: «Note sur le vieux pont de Céret». Le Pont du Diable a détenu le record mondial de la plus longue arche en pierre de 1341 à 1356. Il a ensuite été détrôné par le pont Scaliger en Italie. Le pont a été peint par Cézanne et apparaît sur des toiles de Auguste Herbin. Une scène du film "Le Bossu" d'André Hunebelle y a été tournée: celle avec les trois spadassins envoyés en Espagne pour liquider Lagardère (Jean Marais) et la fille du duc de Nevers (Sabine Sesselmann). Le pont du chemin de fer, construit en 1883, est l'oeuvre de l'ingénieur Séjourné. Le pont routier (Perpignan - Le Boulou - Céret - Arles-sur-Tech - Prats-de-Mollo) fut ouvert à la circulation en septembre 1939.

Le lundi 22 juillet 2013, lorsque nous sommes revenus l'ermitage de Saint-Ferréol, il y avait un spectacle de sauts à l'élastique du pont SNCF de Céret. Peu avant, et l'histoire est authentique, une australienne, Jodi Rose, résidant à l'association "Art sur Tech", avait épousé en justes noces le Pont du Diable de Céret... En effet, Jodi Rose a décidé de s'unir avec ce pont légendaire situé à Céret dans les Pyrénées-Orientales. Pourquoi cette Australienne a-t-elle décidé de se marier avec un pont ? Ce n'est pas n'importe quel pont, c'est le Pont du Diable du XIVe siècle qui enjambe le Tech... Il y a effectivement eu une cérémonie officielle en présence de nombreux invités dont René Bantoure, le maire d'Arles-sur-Tech. La jeune mariée a déclaré non sans rire: «Le Pont du Diable est tout ce que je peux désirer chez un mari. Vigoureux, loyal, sensuel, doux et protecteur. Il est fort et silencieux. Il a aussi la longévité de son arche dressée depuis 600 ans et qui se dressera encore 600 ans...» Cette artiste australienne est spécialisée dans la création de musique à partir du son des ponts. «Mon travail a évolué jusqu'à explorer le contexte culturel et les légendes qui les entourent. Et le Pont du Diable est enveloppé dans la légende...» Nounours souhaite aux jeunes mariés beaucoup de bonheur et une ribambelle de petits ponts, on arrivera bien à les caser dans les massifs des Pyrénées-Orientales où il y en a déjà pas mal...



Un OVNI s'est posé au Lidl de Reynès

Mercredi 17 juillet 2013

Pourquoi vais-je aussi souvent me balader au Lidl de La Cabanassa à Reynès ? Moi, Nounours the Super Biker, je n'ai pas besoin de me ravitailler. Vous avez sans doute l'habitude de votre hard discount au milieu du béton, de décors lugubres, vous avez juste envie de faire vos courses et de rentrer dare-dare. Moi, j'y emmène mon pilote faire ses courses et pendant ce temps, je vois des OVNI et je rencontre des extraterrestres. Vers midi, j'ai reçu un mail: «Nounours, nous serons au Lidl de La Cabanassa de Reynès (près de Céret) vers 15 heures... Sois à l'heure, nous avons des choses à te dire...» Le mail venait des extraterrestres d'une exoplanète située à 6,8 millions d'années-lumière. Je dis à mon pilote de démarrer ma Kawasaki Eliminator, nous quittons Arles-sur-Tech et nous nous dirigeons au lieu de rendez-vous au Lidl juste avant Céret. Je vis au loin, derrière les montagnes, une lumière clignotante. Un humain normal aurait eu du mal à la voir mais moi, Nounours, j'ai des yeux bioniques...

Suis les indications de cette image, sur la photo, tout semble normal. Tu verras d'abord la lumière passer derrière les montagnes du massif du Canigou au dessus du supermarché. Tu peux prendre tout ton temps pour la regarder avant de déclencher l'action. Suis à nouveau les instructions de l'image. La lumière va se rapprocher. Si la lumière sort de l'image, tu devras recommencer. Si tu as bien suivi les instructions, tu verras nettement l'OVNI, aucun doute, il va se poser sur le parking. Personne ne connait ce type d'OVNI. On n'a jamais vu d'OVNI de ce genre dans les Pyrénées-Orientales. Les extraterrestres sont descendus de l'OVNI, ils m'ont communiqué un message ultra-top-secret: «Nounours, voilà le code des six prochaines fins du monde avec les dates... Ô Nounours qui voit des OVNI où personne n'en voit, garde ce message secret, ne le divulgue pas, les humains doivent toujours croire qu'ils sont seuls dans l'Univers...» C'est pourquoi je suis obligé de vous raconter que l'OVNI que j'ai vu au Lidl, c'était une lanterne thaïlandaise. Les deux humanoïdes qui en sont descendus n'étaient pas des extraterrestres mais des clients du Lidl ayant trop mangé de salade verte, ils étaient venus faire leurs emplettes pour une semaine. Puis, l'OVNI -la lanterne thaïlandaise, mille excuses- est reparti à toute vitesse vers la galaxie où vivent les extraterrestres -euh, pardon, les petits hommes verts-... Seul moi, Nounours le motard, je peux voir les OVNI grâce à mes yeux bioniques et discuter avec les extraterrestres. Si vous vous voyez un OVNI, c'est forcément une lanterne thaïlandaise, un astéroïde, un ballon météo ou un oiseau volant non identifié.



L'OVNI du Pont du Diable à Céret

Samedi 12 octobre 2013

Un l'OVNI a été observé au Pont du Diable à Céret le jeudi 10 octobre vers 16 heures 01. Après l'OVNI du Mas de Les Cluses où Nounours l'a vu se poser, les ufologues pensent que c'est le prélude à une invasion massive d'OVNI. La vidéo flash a été réalisée par le Réveil des Marmottes à environ 16 heures 07 alors que Nounours était sur le pont du Diable de Céret avec son Eliminator (ce pont du Moyen-Âge, datant du XIVe siècle, est assez solide pour supporter le poids d'une Kawasaki). Sur cette vidéo (une exclusivité du Réveil des Marmottes), on voit nettement une boule se rapprocher de la Terre et se diriger vers le Pont du Diable à Céret. Le bruit de la boule est amplifié par le casque Hi-Fi de Nounours. L'objet volant non identifié était un disque ovale assez rond, des lumières clignotaient tout autour au niveau de l'axe médian de l'engin. La vidéo indique la distance où se situe l'objet, on remarque la vitesse prodigieuse à laquelle il se rapproche des Pyrénées-Orientales. La distance est d'abord indiquée en AL (années-lumière) puis en Km (kilomètres) et enfin en m (mètres). Lorsque l'OVNI fut à la hauteur de la moto de Nounours, il amorça une descente verticale.

L'engin ne pouvait être autre chose qu'un OVNI, aucune lanterne thaïlandaise n'a été signalée dans le secteur de Céret, aucune météorite, aucun avion, aucun ballon-sonde ne s'est écrasé dans les Pyrénées-Orientales le jeudi 10 octobre 2013 vers 16 heures 01 selon les autorités locales. Des éléments accréditent la théorie d'un OVNI: l'engin venait d'une exoplanète située à 16 millions d'années-lumière de la Terre et s'est engouffré entre le pont routier où passe la départementale de Perpignan et le Pont du Diable. Selon Nounours et son pilote, les uniques témoins de ce phénomène, l'OVNI s'est posé dans un vacarme d'enfer sous le Pont du Diable. Personne n'a vu la boule ni entendu ce vacarme typique d'un UFO se dirigeant à une vitesse folle vers la Terre. Les ufologues en ont conclu que le Pont du Diable de Céret cacherait un gigantesque hangar à OVNI souterrain dont l'entrée se trouverait sous l'arche unique du pont. Une secte de loufologues a déjà établi une prophétie: d'après un calendrier du Magdalénien, arrivant à son terme le 13 12 2013 à environ 20 heures 59, il faudra se trouver sur le Pont du Diable à Céret dans les Pyrénées-Orientales le 13 12 2013, la nouvelle fin du monde se produira ce jour-là à 21 heures 08 environ. La prophétie ne doit pas trop se répandre, le Pont du Diable, datant du XIVe siècle, pourrait ne pas supporter le poids de huit milliards d'humains. Toutefois, ne tirons pas de conclusions hâtives, cette vidéo pourrait être un simple canular.



La Toussaint de Nounours à la cité de Céret

Samedi 2 novembre 2013

Ce vendredi 1er novembre 2013, la météo avait annoncé la fin de cet été d'automne. Dans les Pyrénées-Orientales, il devait y avoir de la grisaille, du vent, de la pluie, enfin, un temps à ne pas mettre un Nounours sur sa Kawa... Ce vendredi de la Toussaint, il a fait très beau. Certes, ce n'était plus la chaleur d'été de la fin octobre mais une bien belle journée de printemps. Nous sommes donc allées nous balader avec Nounours sur la route de Riunoguès et nous avons fait un petit reportage photo dans la vieille ville de Céret. Il y avait encore de nombreux touristes et beaucoup de monde aux terrasses sur les innombrables places. Les gens qui sont venus passer la Toussaint dans les Pyrénées-Orientales auront été gâtes, le ciel était bleu, quasiment sans nuages et le soleil était même embêtant pour prendre les photos du centre ville de Céret. Le centre ville est situé bien plus haut que le Pont du Diable. On y trouve les vestiges historiques, on parcourt la cité par de magnifiques ruelles. Dans ces ruelles, il y a de nombreux artisans, d'ateliers de peintres et de photographes... C'était d'ailleurs la fête de la photographie à Céret. Trente expositions seront réparties dès lundi à travers la ville. Mon pilote en a visité deux dans des monuments historiques. Environ 70 photos (prises par mon pilote) du centre ville ont été ajoutées au diaporama du Pont du Diable (qui fait maintenant 55 pages). Nounours a passé une très belle journée printanière de le Toussaint.

Céret est une ville d'environ 7 500 habitants dans le sud de la France et une des sous-préfectures des Pyrénées-Orientales. Mentionnée dès 866, Céret fut un lieu de négociation du traité des Pyrénées. Céret est située dans le Vallespir, dans la vallée du Tech, sur le versant nord des Pyrénées. La ville est dominée au sud par le pic de Garces et Fontfrède, elle est frontalière de l'Espagne au sud. La Méditerranée est à 24 km et le massif du Canigou à 20 km. Les principales villes environnantes sont Perpignan au nord-est et Figueras (Espagne) au sud-est. Il est possible d'accéder à Maçanet de Cabrenys (Espagne) par une piste de huit kilomètres menant au col du Puits de la Neige, passant à côté du Têton des Salines. Le Tech traverse Céret, il est situé à environ 2 kilomètres en contrebas du centre historique. Céret bénéficie d'un climat méditerranéen. La ville est connue pour ses étés chauds, ses hivers doux et la tramontane y souffle modérément. Céret se situe à l'entrée du Vallespir et de la haute-vallée du Tech. La ville est traversée par la départementale 115 (ancienne nationale 115) reliant Le Boulou à l'Espagne. Depuis la déviation ouest du Boulou (départementale 900, ancienne route nationale 9) en juin 2010, l'accès à Céret depuis la plaine du Roussillon, notamment depuis Perpignan, a été grandement facilité. Le Conseil Général a pour projet de relier cette déviation à Céret par une route à deux fois deux voies, déviant ainsi Saint-Jean-Pla-de-Corts. Céret était desservie par la ligne de chemin de fer reliant Elne à Arles-sur-Tech. Suite aux inondations de 1940, la ligne n'est plus desservie que par des trains de fret entre Elne et Le Boulou. Néanmoins, les rails sont toujours en place jusqu'à la gare de Céret.

Les noms issus du latin "Ceresetum" désignaient un lieu planté de cerisiers: Sirisidum, Ceresido, Cereteto et Cericeto. Cela prouverait l'ancienneté de la culture de la cerise, Céret est en effet la capitale de la cerise. Les Romains construisent un pont sur le Tech pour relier la plaine à Arles-sur-Tech de l'autre côté du Tech. L'ouvrage à deux arches fut détruit en 522 par une crue du fleuve. Les piles, des éléments de la route romaine et d'un poste de garde ("ad Centurionem") peuvent être visités à 150 m en amont des ponts actuels. L'histoire de Céret commence lors de la formation de l'Empire carolingien. Le Vallespir faisait alors partie des marches d'Espagne (pagus dépendant du comté de Roussillon). Les premières mentions de Céret apparaissent au IXe siècle (fief des comtes d’Empuries sous contrôle de Pons de Vernet). Le Castellas, l'ancien château seigneurial de la ville, date de cette époque. Jacques 1er d'Aragon partage en 1262 ses possessions entre ses fils. Jacques II de Majorque hérite du royaume de Majorque, du Roussillon et de Céret. La ville est fortifiée par des remparts et des douves. L'abbaye bénédictine de Saint-Ferréol fut construite. Pierre IV d'Aragon envahit et annexe le Roussillon en 1344. En 1268, Guillaume V, vicomte de Castelnou, obtient Céret en dot lors de son mariage avec Ava. Sa fille en hérite en 1312. En 1313, la Fontaine des Neuf Jets est construite sous le règne de Sanç 1er de Majorque. Une forme d'autonomie était offerte par le vicomte dans la gestion de la ville. Vers 1321, la ville fait construire le Pont du Diable. Les frais sont partagés entre Céret et les villages en amont du Tech. À la suite du mariage d'Isabelle de Castille et de Ferdinand d'Aragon (et l'union des deux royaumes qui s'en suivit), Céret dépend du royaume d'Espagne. La Fontaine des Neuf Jets fut alors surmontée d'un lion, l'emblème de l'Espagne. En 1640, les représentants de la Généralité de Catalogne signèrent à Céret un pacte avec le représentant de Louis XIII, le cardinal de Richelieu. En 1641 (guerre franco-espagnole), la cité privilégiée reçut des droits spéciaux. Un second privilège lui fut accordé lors de la conférence de Céret lorsque les représentants des royaumes de France et d'Espagne négocièrent en 1660 la nouvelle frontière entre les deux pays, point laissé ouvert par le traité des Pyrénées (1659). L'annexion du Roussillon à la France mit fin aux droits spéciaux accordés à la ville. La tête de lion surmontant la Fontaine des Neuf Jets, qui était tournée vers l'Espagne, fut tournée vers la France. Une phrase y fut gravée: «Venite Ceretens, leo factus est gallus» («Venez Cérétans, le lion s'est fait coq»). Le couvent des capucins a été construit en 1581. Un couvent des carmes, construit en 1648, comprend aujourd'hui le musée, la mairie et l'office du tourisme. La rivalité entre les capucins et les carmélites virant au conflit, les deux édifices furent détruits pendant la Révolution française.

Céret devient commune en 1790. L'abolition des privilèges y fut proclamée par la Révolution française. Céret fut occupée par l'Espagne de 1793 à 1794 durant la guerre des Pyrénées. Les remparts reconstruits après cette guerre furent démolis par Napoléon 1er. Devant l'inutilité de ce type d'ouvrage face aux canons, les remparts furent transformés en arcades. Au début du XXe siècle, de nombreux peintres (Juan Gris, Pablo Picasso, Chaïm Soutine, Marc Chagall...) se sont installés à Céret. Pierre Brune et Franck Haviland ont construit un Musée d'Art moderne en 1950. Lors de la guerre d'Espagne et de la Retirada, le village a accueilli un grand nombre de réfugiés. Durant la Seconde Guerre mondiale, Céret fut un point de passage de la Résistance de la France vers l'Espagne. En 1946, une stèle des évadés a été érigée près du pic de Fontfrède.


© 2013 by Michel Mahler - Le Réveil des Marmottes

Catalogne